Vers une cryptobio, cryptoécolo une et la fin du proof of work?

Le bitcoin est-il trop polluant et énergivore?

Nouvelle semaine noire pour les crypto-monnaies! Le Bitcoin a connu une énorme chute après un tweet d’Elon Musk sur son coût écologique. Il n’en fallait pas moins pour que certains investisseurs cherchent des alternatives comme le Nano, 100% verte, ou encore l’Ethereum dont le nombre de portefeuilles explose. Et aujourd’hui, une nouvelle étude chinoise a été publiée revenant sur la pollution générée par le Bitcoin. Plusieurs chercheurs nous apprennent que la reine des cryptomonnaies produira 130 millions de tonnes de CO² d’ici 2024. Soit les émissions du Qatar en 2016.

Ferme la porte aux mineurs et resserre l’étau sur le bitcoin

L’extraction de crypto-monnaies consomme d’énormes quantités d’énergie. La Chine tire parti de sa promesse d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 pour interdire toute activité de minage de crypto-monnaies en Mongolie.

La Chine représente environ 65% de l’extraction de bitcoins, contre environ 7% pour les États-Unis. La Mongolie est une région productrice de charbon célèbre pour son énergie à bas prix, mais aussi l’une des 30 régions qui n’ont pas atteint les objectifs énergétiques en 2019.
Depuis 2019, la Chine a initié une série de mesures pour restreindre le marché tout en donnant à la monnaie numérique de sa banque centrale un statut légal. Les autorités financières ont interdit les échanges de crypto-monnaies. Un projet de loi a été publié pour interdire aux individus et aux entités de fabriquer et de vendre des jetons.

La pollution générée par la cryptomonnaie Bitcoin pointée du doigt par une étude

Un mix énergétique qui évolue

A titre de comparaison, l’exploitation des mines d’or rejette 81 millions de tonne de C02 chaque année. Cette pollution est elle appelée à exploser? Le minage du bitcoin nécessite en effet toujours plus de puissance de calcul et donc d’élelectricité. Mais tout dépendra de l’évolution du mix énergétique, notamment au moment où la Chine accélère dans les renouvelables.

Et du prix du bitcoin: plus il est cher, plus le minage s’intensifie. Une alternative pourrait être de se tourner vers un nouveau type de blockchain, beaucoup moins gourmand en calcul informatique. Cette option évoquée par Tesla a déjà été adoptée par plusieurs cryptomonnaies « green », concurrentes du bitcoin

Les « crypto-monnaies » ont vécu un véritable krach cette semaine (Avril 2021), le Bitcoin chutant même brièvement sous le seuil des 30.000$ mercredi. Malgré un rebond technique, jeudi, la principale crypto-monnaie est repartie vendredi à la baisse, chutant d’environ 11% sur 24h autour de 36.000$ en fin de soirée. Le BTC a désormais abandonné plus de 40%

Eyuan, place maintenant l’Edollar?

Vers une cryptobio, cryptoécolo une et la fin du proof of work?

Un avis sur « Vers une cryptobio, cryptoécolo une et la fin du proof of work? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.